La newsletter Biocoop

Restez informé de nos promotions, actualités et événements en magasin

inscrivez-vous
Votre magasin n'est pas ouvert le dimanche 05 49 01 18 96
logo Biocoop
Biocoop Le Pois Tout Vert - Saint Eloi
Biocoop Le Pois Tout Vert - Notre Dame
Biocoop Le Pois Tout Vert - Demi Lune
Biocoop Le Pois Tout Vert - La Désirée
Biocoop Le Pois Tout Vert - Les Halles
Biocoop Le Pois Tout Vert - Porte Sud

Tordre le cou aux coûts cachés de l’agriculture conventionnelle

Tordre le cou aux coûts cachés de l’agriculture conventionnelle

La simple comparaison du prix des aliments, selon qu’ils sont issus de l’Agriculture conventionnelle ou de l’Agriculture biologique, ne rend pas compte des coûts réels de production.

Par exemple, l’État doit financer la dépollution (de l’eau, de l’air) du fait des pesticides et des engrais utilisés pour produire l’Agriculture conventionnelle.

Et, l’État, ce sont nos impôts !

Nous sommes en 2016. Stéphane Le Foll, alors ministre de l’agriculture, diligente un audit auprès de deux instituts qui font référence1. Les conclusions sont sans appel… 

-Pour s’en tenir au coût lié aux conséquences des pesticides sur notre santé, il est évalué entre 3,27 et 36 milliards d’euros par an, en France.

-Quant aux engrais azotés, le chiffre d’affaires généré par le supplément de production est au mieux équivalent, voire ne suffit pas à compenser le coût de pollution global sur l’eau, l’air, les sols.

De son côté, Marc Dufumier, agronome de renom, propose de rémunérer les services environnementaux induits par l’agriculture biologique.


L’exemple vertueux de Munich

Cela fera bientôt 30 ans que Munich a mis en place une mesure d’avant-garde en faveur de l’agriculture biologique.

Dès 1991, la ville est confrontée à la pollution de son eau potable par les nitrates.

Soit elle construit une usine de dénitrification dont le coût de fonctionnement reviendrait à 30 centimes d’euro par m3.

Soit elle engage un plan de conversion en faveur de l’Agriculture biologique pour l’ensemble des agriculteurs qui se situent dans le périmètre de captage des eaux. Coût de l’opération : …1 centime par m3 !

C’est évidemment cette seconde voie qui sera retenue.



Pour en savoir plus : LES GUERRES DU BIO - Stenka QUILLET - Editions Grasset


1 ITAB : Institut Technique de l’Agriculture Biologique – INRA : Institut National de la Recherche Agronomique.


Article réalisé dans le cadre de notre newsletter L'Associée Terre, réservée aux sociétaires de notre coopérative.


Retour